english version

j e tiens tout d’abord à remercier l’attention qui sera portée à cet écrit dont l’intention est de faire valoir la complexité de ma situation actuelle qui suggère l’expulsion de mon logement actuel par mon bailleur « social ».

Pour la compréhension de tous•tes, j’ai divisé mon propos en plusieurs axes puisque chaque détail contribue directement à ma situation. J’espère avoir pu le rendre le plus digeste et accessible possible.

expulsion menacée — appel à l’aide

situation actuelle

Je suis résidente d’un habitat à loyer modéré depuis 2021 en Seine-Saint-Denis. Des difficultés de santé invalidantes et persistantes se sont suivies de difficultés financières, me plaçant dans une situation critique où l’expulsion de mon logement est désormais une menace imminente.

situation locative

Ma famille et mon entourage proche ne pouvant et/ou ne souhaitant pas pallier entièrement à la situation, l’argent collecté servira à rembourser ma dette locative et maintenir mon logement.

J’ai été sollicitée par un huissier pour un jugement prévu le 7 novembre 2023 pendant la trêve hivernale qui pourrait donner lieu à une expulsion légalement à partir du 31 mars 2024. Je n’ai pas assez de revenus pour me permettre un avocat. J’ai fait appel à l’ADIL 93, une association spécialisée en droit du logement, concernant les possibilités liées à cela mais aucune solution ne permettrait de m’alléger légalement sans un versement conséquent pour pallier à ma dette.

Mon aide personnalisée au logement a été coupée depuis février 2023 et ne me sera reversée (avec ou sans rappel) uniquement à la mise en place d’un plan d’apurement auprès de mon bailleur Est Ensemble Habitat — si possible le jour du jugement. Depuis, je me démène difficilement au paiement de l’intégralité de mon loyer depuis le mois de juin 2023 afin de favoriser mon éligibilité au Fond de solidarité Logement de la Seine-Saint-Denis en novembre 2023 qui pourrait rembourser une partie ou la totalité de ma dette.

Je pense aussi qu’il est important de mentionner que mon logement est très mal isolé ce qui rend les hivers très onéreux. La situation a été signalée à maintes reprises par des locataires mais aucune réponse ne nous est parvenue et rien n’est prévu à ce jour pour pallier à la situation. Un juriste m’a précisé qu’aucun texte de loi ne condamnait mon bailleur à une sanction malgré l’analyse personnalisée de ma situation énergétique effectuée à ma demande par la Croix-Rouge dans le cadre de leur partenariat avec EDF. Un soutien juridique est nécessaire, et j’apprécierais grandement toute aide dans ce domaine.

N’ayant eu que très peu d’informations sur la façon dont se passera l’audience et au vu de ma fragilité psychologique, mon assistant social s’est proposé à m’accompagner à l’audience. Je compte également solliciter des amis à y assister.

au croisement des défis personnels — appel à la compréhension et au respect

situation sociale, médicale, et financière

Ma dette locative s’élève à ce jour à 4900 euros en comptant mes charges. A ce niveau d’endettement, il est difficile d’obtenir des aides sociales, l’option du surendettement est sur la table, mais je crains de devoir en arriver là.

Mon service social a récemment demandé en urgence que je sois mise en contact avant l’audience avec une association pour un accompagnement social spécialisé et lié au logement ce qui pourrait jouer en ma faveur face au juge.

Juridiquement, la situation était difficilement anticipable de mon côté car mon accompagnement social s’est montré difficile et peu assidu depuis septembre 2022 — Les services sociaux de ma commune et de mon département sont difficilement joignables et ont des délais de retour assez longs au vu de la précarité qui touche le territoire.

Je n’avais également pas pris connaissance des conséquence liées à l’accumulation de ma dette puisque je partais du principe qu’un bailleur social serait à même d’entendre ma situation avant d’enclencher ces procédures sans m’avertir.

Ma situation de santé, restant indéfinie à ce jour, donne lieu à des douleurs psychosomatiques invalidantes en plus d’une dépression. Des événements traumatiques et des personnes au comportement abusif ont compliqués davantage mon parcours et contribué amplement à ce que je vis actuellement.

Je bénéficie de la reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé par la maison départementale des personnes handicapées et du statut Affectation de Longue Durée par l’Assurance Maladie en plus d’un suivi aussi assidu que possible avec mes médecins. Malgré la lourdeur de mon handicap, je n’ai pas été éligible à l’AAH et à la PCH.

Je pense également avoir subi une intoxication au GHB en avril dernier lors d’un événement où une personne s’est permis de droguer mon verre. L’organisateur de la soirée basé en Angleterre m’a manifesté un soutien moral de façon consistante alors que la police, la justice, l’unité médico-judiciaire, les associations pour les personnes victimes de violences que j’ai contactée et le lieu de l’événement à Paris se sont montrés hostiles et invalidants. La police m’a récemment informée du classement sans suite de l’affaire statué par le magistrat. Il est possible de faire appel pour avoir accès aux éléments de l’enquête mais ça nécessiterait d’avoir un avocat que je ne peux me permettre.

protection de la vie privée

J’aurais aimé ne pas avoir à faire le choix d’exposer mon intimité publiquement mais dans mon cas, ce risque me semble le prix à payer. Je tiens à souligner que le partage de ces détails intimes est une étape difficile pour moi, et j’espère sincèrement que ces informations ne seront pas utilisées contre moi dans quelque contexte que ce soit. Ma démarche vise avant tout à solliciter un soutien communautaire pour surmonter ces défis, et je fais appel à la compréhension et au respect de ma vie privée.

perséverance vers un avenir artistique — appel à la solidarité

situation professionnelle

Etant diplômée en communication, audiovisuel et multimédia, je m’efforce de persévérer malgré des expériences professionnelles difficiles. J’ai récemment fini un CDD de plus d’un an en juin 2023 avec un employeur que j’aurais souhaité poursuivre en justice pour discrimination et harcèlement. Des juristes m’ont suggéré de prioriser ma santé puisque les démarches aux Prud’hommes sont longues et très prenantes émotionnellement. Je ne pense pas avoir la place de m’infliger ce poids en plus.

En complément, j’exerce en qualité d’artiste-auteure des prestations artistiques en plus de ma production de performances scéniques musicales. J’ai récemment commencé un CDDU dans l’enseignement artistique dans le cadre des temps d’activité périscolaire d’une école primaire. C’est une activité que j’exerce par passion qui bien que demandant des efforts, ne suffit pas à couvrir mes dépenses. Je compte procéder au démarchage local pour pouvoir pérenniser cette activité.

Par ailleurs, mon projet musical a été soutenu en 2019 par la région Ile-de-France lors de mon hospitalisation pour une opération et en 2022 par un tremplin pour les artistes émergents. Je peine à le finaliser en raison de ma situation qui me procure un sentiment d’inadéquation, d’instabilité, d’invalidité et de culpabilité. Je suis également très peu accompagnée et ait été confrontée à de nombreuses situations problématiques dans le cadre de mon activité musicale depuis 2015.

Toutefois, sur l’invitation de mon ami•e artiste Neïla Czermak Ichti, j’ai récemment réalisé une performance chez Magasins Généraux à Pantin qui m’a permis de valoriser et de concrétiser mon attachement à ma pratique. Mon dossier artistique est en cours de réalisation et j’ai pour ambition de prétendre à l’intermittence du spectacle pour stabiliser mon avenir. Ça me semble un bon compromis même si je n’ai pas les contacts nécessaires pour que ça aboutisse pour le moment. Toute mise en relation ou conseil à ce sujet me serait d’une grande utilité.

avenir d’espoir et de communauté

Toute cette situation m’a permis de mieux comprendre l’intention, la pratique et le positionnement dans lesquels je souhaite évoluer. Ils se veulent en dehors des normes industrielles de la musique en France qui vont à l’encontre de mon mode opératoire contraint par le contingent.

J’ai sorti spontanément une série de morceaux symbolique pour moi — j’en profite pour donner de l’espace à ma mixtape unreleased (extended) disponible sur SoundCloud, le réseau social avec lequel j’ai débuté et bientôt sur Bandcamp. Je prévois de la distribuer sur les plateformes (Spotify, Apple Music, Deezer, etc.) malgré leur éthique car je souhaiterais qu’elle résonne pour le plus de personnes concernées.

Pour celleux qui le souhaitent, j’invite à soutenir ma démarche en partageant ce témoignage et cette cagnotte. Je maintiens également que le soutien de ma pratique peut se faire digitalement par likes, partages et autres interactions sur mes réseaux sociaux.

Il est aussi possible de m’aider à subvenir aux besoins liés à ma pratique en faisant des dons ponctuels et/ou réguliers via Paypal, d’acheter à prix libre mes singles sur Bandcamp, de s’abonner à ma newsletter et à mon YouTube, d’assister à mes performances lives, de streamer, d’ajouter à des playlists mes morceaux sur les plateformes et/ou de les jouer pendant des DJsets et de me laisser un mot en commentaire dans la section ci-dessous.

Je reste ouverte à la communication par appel, vocal ou message par téléphone ou sur Instagram et par mail bien que cette situation me pèse et me peine énormément depuis un moment. Tout soutien, conseil, échange, recommandations et orientations sont bienvenus. Je ferais de mon mieux pour me montrer reconnaissante, disponible et ouverte à chacun.


J’ai pris le soin de mettre les liens des organismes utiles et des définitions à connaître dans les situations similaires à la mienne.

Je remercie chaleureusement la bienveillance donnée à mon témoignage et tout particulièrement aux personnes qui ont soutenu et m’ont poussée dans cette démarche Neïla, Sophie, Sonia, Joséphine, Ornella et Léopold.

4478,60€ engagés sur un objectif de 8950€ / 124 contributeur·rice·s — le 30 mars (cet outil est mis à jour manuellement)

Le montant de la cagnotte a été mis à jour au vu de frais annexes liés au maintien de mon logement avant le jugement. En espérant votre compréhension.

participer via paypal participer via lydia

Pour les participations via Paypal, merci de sélectionner « Entre proches » afin que le montant ne soit pas taxé par la plateforme. Ça a été le cas pour 70% des participations sur cette plateforme jusqu’à présent.

je nous souhaite discernement, espoir et communauté en ces temps calamiteux, et surtout une abondance de jolies choses malgré tout

#commentle
gouvernement
croitque
jedorsdans
monHLM

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *